Bout de côte bretonne au vent

840,00

Depuis le sentier côtier, humant la brise qui s’était forci, annonçant l’orage imminent, la lumière des vagues renflées et scintillantes et l’odeur de l’écume fraîche n’avaient pas encore fini d’émoustiller notre peintre lorsqu’un coup de vent emporta son béret !

1 en stock

Catégorie : Étiquettes : , , , , , ,

Description

Brise bretonne

Huile sur toile de lin, 400x300mm

Lors de son dernier séjour en Bretagne, M. de Gutife profita des magnifiques bords de l’océan atlantique. Depuis le sentier côtier, humant la brise qui s’était forci, annonçant l’orage imminent, la lumière des vagues renflées et scintillantes et l’odeur de l’écume fraîche n’avaient pas encore fini d’émoustiller notre peintre lorsqu’un coup de vent emporta son béret !

Portant son regard sur son couvre-chef envolé, il n’en fallait pas davantage pour que De Gutife porte son regard artistique sur l’étendue herbeuse, qui s’inclinait au vent tout en indiquant la direction pour récupérer le béret, reposant un peu plus loin, au pied de quelques arbustes. Les formes de cet arbre étaient inhabituelles et intrigantes. Emportées par cette brise continuelle, les branches frétillaient toutes dans la direction opposée au vent. Aucune branche ne s’était aventurée contre le vent si bien que toute symétrie avait disparu. Les arbustes avaient cessé de se battre. Ils étaient pliés, tordus comme pour mieux laisser fuir cet air marin. La brise avait pris le dessus façonnant la flore dans sa direction. Respirant un grand bol d’air, cette brise avait rendu De Gutife songeur. Comment faire ressentir ce sentiment à la fois de légèreté et de souveraineté de la brise marine ?

À travers ce tableau, on retrouve ainsi la lumière intense de l’océan avec des pointes de teintes chaudes, présageant de l’approche d’un orage. Ce pressentiment renforce la sensation de force de la nature, où des vagues s’éclatent sur les rochers provoquant des embruns emportés par le vent. Ce vent, que l’on finit par visualiser sur la côte. La prairie semble aplatie par la brise, formant des ondes de lumière et des traînées marquées. Que dire du fameux bosquet d’arbustes couchés par l’incessante brise qui a eu raison de la forme du feuillage. Voyez-vous le béret du peintre au pied de l’arbre ?

Faites attention en le cherchant, ne serait-ce pas cette brise qui vous donne à vous aussi ce petit frisson lorsque vous tentez de percer les détails de ce tableau ?

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Bout de côte bretonne au vent”